Haut de page

Foire aux questions sur le code SQF

Qu’est-ce que le fournisseur est tenu de fournir pour les dossiers de simulation de rappel comme cela est nécessaire dans l’élément 2.6.2.1 iii du code SQF?

Le vérificateur devrait vérifier les dossiers que le fournisseur a rassemblés au cours du test annuel du programme de rappel.

Les preuves peuvent comprendre :

  • Un comité de rappel est créé et tous les membres comprennent leurs rôles et responsabilités;
  • Les méthodes et les responsabilités pour informer les clients, SQFI, l’organisme de certification, les organismes de réglementation et les autres organismes essentiels sont identifiés;
  • Le système de rappel/retrait est testé chaque année;
  • Le système de rappel/retrait répond aux exigences réglementaires et à celles des clients;
  • La communication a été testé lors d’un rappel réel ou un essai;
  • Les enquêtes sur la cause profonde des rappels réels/retraits ont été effectuées;
  • Des mesures correctives ont été prises concernant les insuffisances identifiées dans le rappel/retrait (voir 2.5.5).

Quels paramètres et quelles méthodes sont nécessaires pour les tests de pureté de l’air de l’air comprimé afin de répondre à l’élément élément 11.5.7?

La pureté est définie dans le code SQF (annexe 2 : glossaire) et signifie l’absence de contaminants qui pourraient entraîner un risque pour la salubrité des aliments. Un air pur signifie que l’air est exempt de risque de contamination croisée des produits. L’air ne doit fondamentalement pas contribuer à la contamination du produit.

Les installations de traitement des aliments doivent fonctionner à partir de l’hypothèse fondamentale que l’air comprimé peut être une source de contamination chimique et microbiologique. Le site doit vérifier et valider que l’air comprimé utilisé dans les installations sont appropriées pour une utilisation et ne sont pas une source de contamination. Lorsque l’air comprimé entre en contact avec le produit exposé, les surfaces du produit en contact direct et l’emballage de surface intérieure, le compresseur d’air devrait utiliser de l’huile de qualité alimentaire.

Les programmes de maintenance préventive doivent garantir qu’un programme de filtration approprié est en place au point d’utilisation et que les filtres sont nettoyés/changés à une fréquence appropriée pour le produit et le processus ou après une maintenance de la source ou de l’équipement d’alimentation en air. La maintenance doit être faite de manière hygiénique. L’air doit être filtré au point d’utilisation pour la plupart des entreprises (la taille de filtre recommandée au point d’utilisation est de 0,1 micron, ou telle que déterminée le cas échéant par une analyse des risques). Les buses et les tuyaux d’air sont en bon état, bien réparés et entretenus dans un état d’hygiène (par exemple, nettoyés et désinfectés). Les tuyaux et les buses doivent être maintenus au-dessus du sol.

Le test doit être effectué afin de valider que le système de contrôle de filtration d’air pour l’air comprimé est efficace compte tenu du risque pour le produit, et ce au minimum une fois par an. Le test peut être fait en interne ou par un sous-traitant. Les exigences d’essai et le nombre d’échantillons seront basés sur le risque pour le produit et le processus. Les tests microbiologiques peuvent inclure des tests pour les germes aérobies sur plaque les ou organismes indicateurs, selon les besoins de l’entreprise. Un test d’humidité doit être envisagé si l’humidité est un risque potentiel pour le produit (par exemple, les opérations sèches). Un prélèvement d’échantillon aseptique doit être utilisé. Il existe une grande variété de mesures disponibles, y compris l’utilisation de l’équipement d’échantillonnage de l’air, l’utilisation d’éponges stériles, la filtration sur membrane et autres.

Le fournisseur doit-il informer son organisme de certification des dossiers de non-conformité publiés par l’USDA?

Non. Comme indiqué dans la partie A, 5,3 du code SQF, l’organisme de certification doit être notifié uniquement pour les événements de rappel nécessitant une notification publique, tels que les rappels de classe l ou de classe ll ou la réception d’une lettre d’avertissement réglementaire.

Qui le fournisseur doit-il contacter et répertorier comme contact dans le cas d’un rappel?

Comme indiqué dans la partie A, 5,3 du code SQF, lors de l’identification d’un événement de salubrité des aliments qui exige une notification publique (comme les rappels de classe I ou de classe II, ou la réception d’une lettre d’avertissement réglementaire), le fournisseur certifié SQF notifie à l’organisme de certification et le SQFI par écrit à foodsafetycrisis@sqfi.com dans les vingt-quatre (24) heures suivant l’événement. Comme indiqué dans les éléments du code SQF 2.4.1.3 et 2.6.3.1iv, SQFI et l’organisme de certification doivent être répertoriés comme des organes essentiels.

Quelles sont les exigences requises pour devenir un praticien SQF? Les personnes sont-elles tenues de s’enregistrer ou d’obtenir une certification de praticien?

Les exigences de formation et de connaissances d’un praticien SQF sont décrites dans le code SQF, édition 7,2 dans l’élément 2.1.2.5. Elles sont les suivantes :

Le praticien SQF doit :

  1. Être employé par le fournisseur comme un employé de l’entreprise à temps plein;
  2. Occuper un poste de responsabilité par rapport à la gestion du système SQF du fournisseur;
  3. Avoir suivi un cours de formation HACCP;
  4. Être compétent pour mettre en œuvre et maintenir des plans de salubrité des aliments basés sur HACCP; et
  5. Avoir une compréhension du code SQF, de son niveau de certification et des exigences pour mettre en œuvre et maintenir un système SQF approprié au domaine d’activité de certification du fournisseur.

Comme indiqué, il n’existe aucune exigence particulière en matière de formation (autres que HACCP) ou de test. Le praticien doit démontrer une connaissance de la version actuelle du code SQF. Certains choisissent de le faire en réalisant avec succès un cours de formation de mise en œuvre des systèmes SQF, ou en réussissant un contrôle de mise en œuvre des systèmes SQF. En outre, le praticien peut démontrer de manière adéquate sa connaissance du code en ayant un système SQF efficacement mis en œuvre ou aborder de manière appropriée les questions posées par le vérificateur au moment de la vérification de certification.

En outre, notez qu’il n’existe aucune obligation de s’inscrire ou d’obtenir une certification de praticien. Une personne dans le rôle d’un praticien doit répondre aux exigences des points 2.1.2.4 et 2.1.2.5 du code SQF. Par conséquent, il n’est pas nécessaire de «  se ré-enregistrer » ou « d’obtenir une nouvelle certification », et il n’est pas besoin non plus de refaire le cours de mise en œuvre des systèmes SQF ou de repasser le contrôle de mise en œuvre du système SQF s’ils ont déjà été réalisés avec succès.

Un fournisseur doit-il se soumettre à une vérification complète des documents au moment du passage du niveau 2 au niveau 3?

Une vérification de documents (ou de bureau) n’est requise que pour la vérification de certification initiale du fournisseur, indépendamment du niveau. Une vérification des documents distinct n’est pas requise si le fournisseur choisit de progresser du niveau 1 au niveau 2, ou du niveau 2 au niveau 3. De même, une vérification sur place distinct n’est pas requise lorsque le fournisseur change de produit ou de portée de processus. Les fournisseurs qui passent à un autre niveau (par exemple du niveau 2 au niveau 3 ou du niveau 3 au niveau 2) doivent attendre la date de vérification pour leur prochain renouvellement de certification.

Quand un fournisseur change de domaine d’activité, y compris le niveau, et en fait lors de toutes les vérifications de recertification et les vérifications de surveillance, les modifications apportées à la documentation doivent être examinés dans le cadre de la vérification des installations.

La section 2.5.6 du code SQF nécessite que des laboratoires extérieurs soient accrédités ISO 17025 ou un équivalent. Quel est l’équivalent et comment celui-ci est-il déterminé?

ISO 17025 est la norme internationale pour l’accréditation des laboratoires. C’est une exigence GFSI que l’analyse externe des entrées soit effectuée par des laboratoires accrédités selon cette norme internationale. Toutefois, certains pays ne reconnaissent pas ISO 17025, et disposent de normes nationales d’accréditation en place pour les laboratoires.
L’équivalence s’applique donc à des normes nationales qui sont utilisées dans les pays au lieu de l’ISO 17025.

Quelles sont les qualifications d’un vérificateur SQF?

Les critères pour s’inscrire en tant que vérificateur SQF peuvent être trouvées avec l’onglet Professionnels SQF du site Web SQF.

En résumé, une personne qui cherche à s’inscrire en tant que vérificateur SQF devra fournir la preuve de ce qui suit :

  1. Réaliser un cours de formation au système de gestion pour les vérificateurs en chef inscrits (soit approuvé RABQSA, IRCA) d’une durée de 40 heures.
  2. Réaliser une formation au système SQF pour propriétaires (par exemple, les systèmes de vérification SQF) d’une durée de 3 jours. Remarque : Le demandeur peut choisir de suivre le cours de formation du vérificateur en chef SQF (d’une durée de 5 jours) pour répondre aux exigences des points 1 et 2 ci-dessus.
  3. Accomplissement d’un cours de formation HACCP avec un certificat délivré. La formation HACCP doit être un cours de 2 jours avec une évaluation finale et un certificat.
  4. Avoir au moins 160 heures de vérification sur la sûreté ou la qualité des aliments dans l’industrie alimentaire (vérification de 20 jours)
  5. Avoir au moins 5 années d’expérience professionnelle dans le domaine de la salubrité des aliments, la gestion du programme HACCP ou la gestion des systèmes de qualité dans l’industrie alimentaire.
    1. Pour chaque catégorie de l’industrie alimentaire demandée pour l’enregistrement, les demandeurs doivent justifier de 2 années d’expérience professionnelle dans la gestion de la sûreté et la qualité des aliments dans la catégorie de l’industrie alimentaire demandée, ou 160 heures de vérification pour la catégorie de l’industrie alimentaire dans la catégorie demandée, ou une combinaison d’expérience professionnelle et d’expérience de vérification pour chaque catégorie demandée
  6. Doit être employé ou sous contrat avec un organisme de certification SQF détenteur de licence (dans le cas d’un contrat, le demandeur doit être parrainé par au moins un organisme de certification SQF agréé).

Pour une demande d’enregistrement en tant que vérificateur SQF, le candidat devra présenter des preuves pour appuyer les exigences décrites ci-dessus par une candidature en ligne. La candidature en ligne est accessible par l’onglet « Professionnels SQF » du site Web de SQF, ou en cliquant ici.

Pour plus d’informations sur le processus de candidature, y compris des modèles pour les journaux de vérification et l’expérience professionnelle, veuillez visiter la page Devenir un professionnel SQF du site Web SQF.

Quand un fournisseur peut-il changer d’organisme de certification pendant l’ensemble du processus de certification SQF?

Les exigences pour passer à un nouvel organisme de certification peuvent être trouvées dans la partie A, section 5,2 du code SQF, édition 7,2.

Si un fournisseur SQF est certifié dans le cadre d’un organisme de certification (OC) et aimerait avoir recours à un autre OC, le fournisseur peut changer d’OC après un cycle de certification et ne peut pas être sous un calendrier de vérification de surveillance. Le fournisseur doit avoir recours à la fermeture de toutes les non-conformités en suspens et la certification ne peut pas être suspendue ou soumise à la menace d’une suspension ou d’un retrait. Les fournisseurs qui nécessitent une vérification de surveillance sont autorisés à modifier d’organisme de certification seulement une fois la vérification de surveillance menée, ou par l’approbation écrite du directeur technique principal de SQFI.

Quand un fournisseur change d’organisme de certification, le certificat d’inscription délivré par l’organisme de certification précédent reste valable jusqu’à la date d’expiration prévue. Le numéro de certification et la date de nouvelle certification sont transférés avec le fournisseur pour le nouvel organisme de certification.

Il reviendra à l’organisme de certification de contrôler la certification du fournisseur pour :

  1. Confirmer que le certificat d’enregistrement est récent, valide et concerne les systèmes SQF certifiés.
  2. Vérifier que la catégorie du secteur alimentaire du fournisseur relève de la portée de la nouvelle certification de l’accréditation.
  3. Confirmer que les plaintes reçues sont traitées;
  4. Réviser l’historique des vérifications du fournisseur (lorsque le fournisseur peut démontrer un tel historique pour satisfaire au nouvel organisme de certification par des copies des rapports de vérifications réalisées par un ancien organisme) et l’impact des non-conformités en suspens.
  5. Confirmer le stade du cycle de certification actuel.

Qu’est-il arrivé aux programmes préalables qui étaient dans la section 6 du code SQF 2000? Quels programmes préalables doivent être vérifiés selon le point 2.4.2.4?

Les programmes préalables qui ont été abordées dans la section 6 du code SQF 2000 n’ont pas disparu. Ils ont été intégrés à d’autres fondements de la salubrité des aliments pour éviter les doubles emplois. Tous les programmes préalables doivent être documentées, mis en œuvre et vérifiés conformément au point 2.4.2.4. N’oubliez pas que tous les fondements de la salubrité des aliments (c’est-à-dire les programmes préalables), les limites critiques et les autres contrôles en matière de salubrité des aliments doivent être vérifiés conformément au point 2.5.1.2.

Pourquoi les éléments du programme de gestion des allergènes, le programme de fournisseur agréé, et le programme de formation du site été déplacée dans le module 2?

La gestion des allergènes, les fournisseurs agréés et la formation sont considérés comme des parties importantes du système SQF du fournisseur, et sont identifiés comme des éléments du système qui sont tous situés dans le module 2 du code SQF. La gestion des allergènes (2.8.2) n’est pas un programme autonome, mais fait partie du plan de salubrité des aliments du site ainsi que de bon nombre des principes fondamentaux de la salubrité des aliments. Le programme de fournisseur agréé du site (2.4.5) est désormais intégré dans le module 2 de la section « Nouveaux biens et services » et le programme de formation (2,9) est maintenant considéré comme un élément essentiel du système. Comme avec tous les éléments du système SQF, ces programmes doivent être efficacement documentés et mis en œuvre le cas échéant, vérifiés pour assurer une mise en pratique efficace.

Pourquoi les programmes préalables ne doivent pas être validés? Au lieu de cela, ils doivent être vérifiés comme décrit au point 2.5.2.4. Pouvez-vous apporter des précisions quant à savoir si les programmes préalables exigent une validation formelle?

Le terme « validation » s’applique spécifiquement aux limites de contrôle et requiert une analyse scientifique pour démontrer que ces limites de contrôle sont efficaces. Sur les conseils de nos parties prenantes, nous reformulons l’exigence pour les programmes pré-requis afin de préciser que les programmes préalables sont « confirmés pour garantir qu’ils atteignent le résultat requis plutôt que « validés ». Le but est de clarifier l’intention du code afin que l’efficacité du programme préalable soit respecté.

La section 11.3.2.2 dans le code SQF indique spécifiquement que des serviettes en papier soient fournies dans les stations de lavage des mains. Les sèche-mains à air chaud et «les « lames d’air » sont-ils des alternatives convenables?

Le code SQF indique expressément des serviettes en papier parce qu’elles suppriment physiquement les microorganismes sur les mains. En outre, un sèche-mains à air n’est pas toujours un moyen efficace pour se sécher les mains et peut, dans certains cas, être une source de contamination. Si un site souhaite utiliser un sèche-main à air, l’efficacité doit être vérifiée. Cela signifie que l’équipement utilisé pour sécher les mains doit être capable de sécher les mains sans autre contamination. Par exemple, bien souvent, les sèches-mains ne sèchent pas complètement les mains, et les employés doivent se sécher les mains à l’aide d’autres moyens sales (par exemple, un pantalon, une serviette sale, etc.). En outre, les sèche-mains peuvent être sales eux-mêmes, y compris l’air ou d’autres parties de la machine, ou bien, il ne pourrait pas y avoir assez de sèche-mains pour couvrir adéquatement l’ensemble du personnel de l’usine.

Les fournisseurs utilisant des lames d’air doivent procéder à une analyse des risques pour les identifier et savent comment contrôler le risque grâce à cette méthode alternative. Le vérificateur exige du fournisseur de démontrer que le sèche-mains à air sèche efficacement les mains sans autre contamination et ne contamine pas le produit ou l’environnement.

Qu’est-ce qu’un sous-traitant?

Un fournisseur certifié SQF peut passer un contrat de fabricant/conditionneur pour produire des produits qui relèvent de leur inscription et certification SQF, à condition qu’ils se conforment à cette exigence du code. Le fournisseur doit disposer d’un moyen de montrer que ces sous-traitants suivent la salubrité des produits du fournisseur et si le niveau 3 et les paramètres de qualité répondent aux spécifications des clients. Un sous-traitant peut ne pas être directement certifié, mais il doit être contrôlé par le fournisseur certifié SQF pour s’assurer que les produits inclus dans la certification SQF du fournisseur sont fabriqués selon les critères SQF. Le fournisseur pourrait exiger que tous les conditionneurs aient une certification SQF ou GFSI comme un moyen de réduire le risque, et ils doivent fournir l’assurance que les conditionneurs et les fabricants répondent aux exigences de la spécification des clients.

Pour satisfaire et se conformer aux exigences prévues au point 2.3.4, il est prévu que tous les sous-traitants respectent les exigences du programme du fournisseur agréé (2.4.5) qui comprennent au minimum les éléments clés dans le cadre du point 2.4.5.4. Dans leur manuel de politiques, on s’attendrait à voir une procédure sur la façon dont les sous-traitants sont identifiés et établissent un calendrier de vérifications pour veiller à ce que les conditionneurs et les personnels respectent les exigences convenues sur la spécification entre le fournisseur et son client. Si un fournisseur certifié SQF a un programme de fournisseur approuvé solide et acceptable, la majorité des exigences destinées aux sous-traitants sont susceptibles d’être acceptées. Il appartient au fournisseur SQF d’avoir ces points bien documentés et de prouver qu’ils ont des contrôles en place garantissant que les produits fournis répondent aux spécifications, à travers les calendriers de vérification, les plans d’échantillonnage ou les vérifications de tiers. Le fournisseur doit être en mesure de s’assurer que les modifications apportées aux spécifications des clients ne sont pas seulement entièrement documentés en interne et vérifier que le produit fabriqué reflète la modification requise.

Où peut-on trouver les exigences de mise en conserve du code SQF 2000, 6e édition, dans le code SQF, édition 7,2?

La section 7 du code SQF 2000 a été longuement discutée par le comité de révision du code. La position adoptée par le comité a été que de nombreux concepts abordés dans la section de traitement thermique/mise en conserve de la 6e édition étaient redondants et couverts de manière adéquate par les modules 2 et 11 de l’édition 7,2. Le vérificateur évaluera toujours le fournisseur en utilisant les concepts de la section 7 du 2000 code SQF par rapport aux éléments de la 7e édition du code et les appliquera au secteur de traitement thermique/mise en conserve.

SQF travaillera avec les groupes de l’industrie applicable pour élaborer des orientations spécifiques aux secteurs afin d’offrir spécifiquement des interprétations des modules 2 et 11 du code.

Le module 15 n’est actuellement pas disponible. Une entreprise dans la restauration ou la vente au détail peut-elle être certifiée SQF? Quels modules doivent être utilisés?

Le module 15 est actuellement en cours de développement ou sous forme de projet et révisé par le comité consultatif technique SQFI. Ce module ne sera pas disponible pour une utilisation avant d’être approuvé et publié dans une version ultérieure du code SQF. En attendant, les établissements dans la catégorie du secteur alimentaire 23, 24 peuvent mettre en œuvre les modules 2 et 11.

Ressources

Téléchargements

Code SQF, éd. 7,2

Powered by Translations.com GlobalLink OneLink Software